La plateforme écologique

Le phoque méditerranéen en Turquie

La plus grande population de l'espèce se trouve dans la Mer Egéenne.  De ce fait, la continuité de la race du phoque méditérranéen dans la Méditerranée et la sauvegarde de son existence dans l'écosystème, sont fondamentalement entre les mains de deux pays: la Turquie et la Grèce. La Turquie est un pays qui occupe une place importante en ce qui concerne la protection du phoque méditerranéen qui est un héritage mondial.  Durant les travaux scientifiques réalisés en Turquie, entre 31-44 phoques méditerranéens ont été identifiés par voie d'identification individuelle et on suppose qu'approximativement 100 phoques vivent dans les côtes, et ce nombre occupe une place assez importante si on prend en considération que la population mondiale des phoques est approximativement 600.


La distribution des phoques méditerranéens présente la particularité de s'intensifier dans certaines régions, au lieu d'une perpétuité tout au long de la côte.


Les phoques sur les côtes de la Turquie

  1. au Marmara : Dans les côtes du Nord, les Îles de Marmara et les Îles de Mola et ainsi que la Péninsule de Kapıdağ,
  2. L'Egée : Entre la Péninsule de Gelibolu (les côtes egéennes) et Behramkale et entre Yeni Foça et Datça,
  3. En Méditerranée : entre Datça et Kemer, entre Alanya et Taşucu et entre  Hatay Samandağ et la frontière de la Syrie, une lutte de survie est effectuée dans les autres côtes.

Dépendant du niveau de sauvegarde de l'espèce, on constate dans nos côtes de la Méditerranée, aussi bien des mortalités que des naissances et des propagations.


Les espaces vitaux (habitats)

Le phoque méditerranéen choisit comme espace vital, “les emplacements sur lesquels il n'existe pas de structuration, où les êtres humains ne peuvent pas facilement aboutir ou bien les emplacements qui sont restés éloignés des activités des êtres humains, de préférence des emplacements qui assument les fonctions de production et/ou de gite et qui possédent des grottes et des cavernes côtières; les côtes rocheuses silencieuses et inhabitées”et sont directement influencés par la déterioration de ces éspaces.


D'autre part, en partant de cette identification,  on ne peut pas aboutir à la conclusion que les phoques méditerranéens n'utilisent pas les côtes de structures différentes (par exemple les côtes sableuses et les régions côtières d'habitation). Il est connu que surtout pour s'alimenter, les phoques méditerranéens élargissent leurs espaces de circulation en sortant des côtes rocheuses inhabitées et passent également par des côtes sableuses, graveleuses et aussi par des estuaires.


Mais, les espaces vitaux primaires du phoque méditerranéen sont les côtes rocheuses non structurées et inhabitées. Etant donné qu'il est un grand mammifère marin, il ne peut pas s'abriter dans des espaces vitaux étroits.  L'espèce ne peut continuer son existence que seulement dans des espaces côtières ayant une grandeur raisonnable et adéquate et où il peut se multiplier.


Les raisons de la disparition du phoque méditerranéen

De nos jours, pour pouvoir apercevoir les phoques méditérranéens qui avaient même été remarqués  et qui s'étaient même multipliés au Bosphore d'Istanbul dans les années 1950, nous devons attendre pendant de longs mois.  C'est vraiement un événement tragique que la disparition dans le monde du phoque méditerranéen soit parvenue à sa limite dans la période de la vie humaine. Les pêcheurs des autres espéces des phoques mondiales sont encore les vivants de la mer; par exemple les baleines criminelles (les épaulards),  les phoques léopards, les requins, les ours blancs et même le chacal.


Alors, qu' est-ce qui est l'ennemi du phoque méditerranéen qui vit dans nos eaux? Les raisons qui détruisent cette espéce rare ne sont malheureusement pas naturelles.  Le seul ennemi du phoque méditerranéen est l'être humain.!... L'approche à la nature de l'homme qui n'a jamais su se rassassier, sous la forme “bûcher l'arbre en tenant toujours la doloire vers soi”, fait disparaitre LE PHOQUE MEDITERRANEEN ET LES PRECIEUX ESPACES COTIERS.. 


Lorsque l'on parle de l'homme, on y évoque certaines activités spécifiques de l'homme qui comprennent l'ambition et l'argent;  l'inauguration de nouvelles routes sur les côtes vierges qui renforcent la structuration, l'urbanisation d'une seconde habitation,  l'ouverture une après l'autre des baies pour le tourisme,  et tout cela a provoqué la pollution,  l'abattement volontaire des phoques (dans les temps anciens, la pêche pour obtenir la graisse et la peau) et chalut trata et pêche à la sene illégale.  Malheureusement, le contrôle de ces activités qui continuent sans pitié sur les côtes de notre pays, n'est pas réalisé ou est réalisé insuffisamment.

La disparition du phoque méditerranéen ne peut pas résulter d'un facteur unique. Ce rare être marin et aussi nos côtes sont poussés au seuil de la disparition suite à la combinaison de 5 facteurs complémentaires...



Comment ces facteurs peuvent-ils influencer la diminution de l'espèce ?


1. L'occupation de leurs Espaces Vitaux (les côtes) :

La plus importante raison du décroissement du nombre du phoque méditerranéen est la détérioration ou la disparition de l'éspace vital naturel. Les éspaces vitaux des phoques sont les côtes inhabitées qui sauvegardent la structure naturelle. En Turquie, ces genres d'éspaces diminuent de jour en jour.  Etant donné que les ROUTES qui aboutissent à ces côtes et les DEUXIEMES HABITATIONS ou les INSTALLATIONS TOURISTIQUES qui y sont construites, détériorent le naturalisme et la tranquilité des espaces côtières, cette situation est la cause de l'éloignement des phoques méditerranéens de ces environs.


En plus, ce facteur négatif n'influence non pas seulement le phoque méditerranéen, mais il est aussi la cause du RAVAGEMENT des ouvrages antiques et des valeurs culturelles des côtes Anatoliennes qui possédent un passé culturel basé sur des milliers d'années, des terrains agricoles fertiles et ainsi le paysage naturel (la vue esthétique) s'abime.


Les phoques méditerranéens vivent dans des emplacements qui sont loins des activités humaines.  Il n'exite pas d'être humain, et de propriété personnelle dans ces emplacements inhabités. Ces genres de terrains qui montrent une morphologie rocheuse et mouvementée, sont formés de terrains du Trésor qui appartiennent au public.

Mais dans notre pays où les terrains publics sont vendus ou donnés en location, les derniers liens sont ainsi rompus en ce qui concerne les phoques méditerranéens et aussi les autres vivants marins- côtiers dont l'espéce est en danger et pour lesquels nous nous sommes engagés à protéger par des conventions internationales dans lesquelles notre pays est membre. D'ailleurs, le fait que les terrains du trésor qui sont les biens communs de notre peuple, dont 72.000.000 personnes, soient ouverts à la structuration sans aucun plan et sans prendre en considération  les valeurs environementales, sont des points qui demandent une grande reflexion.  En conclusion, nos olivaies, nos vergers d'agrumes et nos autres précieux terrains d'agriculture sont également détruits.


2.  Pêche d'Aquaculture İllégale et excessive :

L'alimentation des phoques est tout à fait basée sur les produits maritimes.  Suite à la pêche d'aquaculture qui est réalisée depuis des années dans nos mers et qui continue actuellement à être réalisée illégalement et inconsciemment ( chalut trata et pêche à la sene réalisés par des méthodes illégales et aussi les travaux de dynamite et de harpon à tube/lumineux qui ont toujours été interdits), le stock de poisson dans nos mers a manifesté une raisonnable diminution.  En conclusion, les phoques (et les vivants semblables qui sont situés au plus haut point du réseau d'alimentation) qui pêchent sur les côtes et aussi les petits pêcheurs côtiers, subissent une assez grande perte; les phoques endurent la faim en raison du manque d'aliment, et de ce fait les mères phoques subissent une détresse en ce qui concerne le potentiel d'alimenter leurs jeunes phoques et les pêcheurs côtiers subissent une anxiété de subsistance. 


Du moment que l'on ne trouve pas de solution à ce problème gangréné, les phoques (et aussi les vivants semblables qui sont situés au plus haut point du réseau d'alimentation) vont disparaitre et aussi nos hommes vont continuer à manger du poisson au plus haut prix. Et en plus, les jours pendant lesquels nous ne trouverons plus de poissons  vont arriver. Et cela signifie l'effondrement de l'écosystème marin!


3.Abattre Volontairement les Phoques :

En raison de la diminution des stocks de poissons, la concurrence entre les phoques et les petits pêcheurs qui pêchent dans les mêmes eaux, s'intensifie et le petit pêcheur qui a déjà un trés bas niveau de revenu, réagit même fortement contre le plus petit dommage que provoque le phoque.


Le petit pêcheur qui est au bout de la patience n'hésite plus à abattre avec son fusil, le phoque qu'il rencontre un jour à la mer.


Qui en est fautif; le petit pêcheur qui a abattu le phoque, ou bien le phoque qui, pour vivre, capture le poisson du filet du pêcheur?


Aucun des deux n'est fautif. En réalité ici, les responsables et la base du problème, sont les pêcheurs de chalut trata et pêche à la sene qui réalisent des pêches illégalement et excessivement et aussi les unités qui sont insuffisantes en ce qui concerne le contrôle de toutes sortes de pêches illégales des produits aquatiques.


4. Des Plongées Tourisques des Grottes dans lesquelles Ils Vivent :

Les emplacements où vivent les phoques (où ils se multiplient, se reposent ou s'alimentent) sont les grottes côtières entrées par la mer. Soit qu'elles aient des entrées inframarines, soit qu'elles aient des entrées sur la mer, les grottes des phoques ont subi d'importants coups sous la pression du tourisme et de nombreuses grottes sont devenues inutilisables en raison des dérangements apportés par les touristes plongeurs. D'abord les bâteaux et les grottes dans lesquelles on pouvait entrer en nageant (ayant des entrées sur la mer) et ensuite les grottes dans lesquelles les firmes de plongeon faisaient plonger les touristes (ayant des entrées inframarines) pour montrer les phoques sont de plus en plus quittées par les phoques. Bien que ceci soit légalement interdit, de nombreuses firmes de plongeon réalisent consciemment ou inconsciemment des plongeons touristiques aux grottes des phoques, aux alentours de Bodrum, Marmaris, Fethiye, Kaş et Alanya et ne reçoivent aucun avertissement à ce sujet. 


5. La Pollution des Mers et des Côtes :

Suite à la pollution des mers et en particulier des espaces vitaux des phoques, ceux-ci utilisent de moins en moins la région et la quittent. Ce problème qui n'est pas répendu dans nos mers, s'est présenté concrétement dans certaines régions. Mais il se dresse devant nous comme une potentielle menace. En plus, il a été constaté, en petite quantité, une accumulation de métal lourd sur les phoques méditerranéens.

Comme des exemples à la pollution, nous pouvons citer la pollution pétrolière qui a été vécue en l'an 1996, dans les grottes des phoques à Gümüşlük Çavuş Adası, qui est un des plus importants espaces vitaux des phoques, les déchets ménagers (le nylon, les cordes, etc...) qui a été constaté dans les grottes des phoques lors  des recherches aux alentours de Snop İnceburun et bien que ce soit rarement constaté, les pièces de tissus et de cordons ont été enroulées autour de la tête et du cou de certains phoques. La pollution pétrolière à Çavuiş Adası et le morceau de cordon enroulé fortement autour de la tête du corsan femelle sont les deux événements concrets de la pollution qui influencent directement l'espéce. Pourtant ce problème n'est pas aussi répendu et aussi substil que les trois premiers problèmes.


Que pouvez-vous faire ?

Maintenant, posons ensemble, à nous-mêmes ces questions :

Aimez-vous la mer?

Et les poissons et les autres êtres vivants marins ?

Plonger avec des centaines de types de poissons multicolores à des profondeurs toutes bleues ?

Alors faisons-nous quelque chose pour protéger nos mers?


AFAG a travaillé pour nos mers et pour les vivants de la mer depuis l'an 1987, et continue actuellement à lutter pour sauvegarder le phoque méditerranéen et la Méditerranée avec ses travaux de protection, ses activités de lobby, ses analyses scientifiques et avec de maintes travaux. Le titre principal de cette lutte est très clair: “Protéger le phoque méditerranéen c'est protéger la Méditerranée'”. Réflechissez;  la vie de cet être vivant qui se trouve face au danger de la disparition de son espèce et la vie que gagne nos petits pêcheurs côtiers par ces mers, attendent d'être sauvegarder par le même bâteau. Quant à AFAG, elle entreprend des projets en coordination avec des organisations et des entreprises nationales et internationales pour obtenir des travaux de protection, les réalise et les premiers entreprenants pour apporter des solutions concrètes aux problèmes.


Vous pouvez contribuer à la lutte de SAD-AFAG, pour protéger nos mers.


Soyez un membre de SAD : http://www.sad.org.tr/uyelik

Soyez un membre volontaire de AFAG : http://www.sadafag.org/index.php?bolum=uyelik

Adoptez le phoque méditerranéen


Soyez le sponseur des projets de SAD-AFAG http://www.sadafag.org/

 

Classement

1. : François Gabart
Skipper Macif 2010
2. : Erwan Tabarly
Nacarat
3. : Fabien Delahaye
Port de Caen Ouistreham
4. : Gildas Morvan
Cercle Vert
5. : Nicolas Lunven
Generali
 

Cartographie

Cartographie

Social Networks

Twitter Facebook